Remerciements

Ce roman représente l’aboutissement d’un rêve qui perdure depuis mon enfance, un rêve qu’il m’aurait été impossible d’atteindre seule. C’est pourquoi je tiens à remercier plusieurs personnes.

En premier lieu, mes parents et mon frère, qui m’ont toujours soutenue dans mes projets, mes défaites et mes victoires. Il valait la peine de se battre et de prouver que « j’étais capable ». Ensuite, une personne qui m’a aidée à prendre confiance en moi et en mon art : Marie-Ève Côté. Merci pour tes commentaires constructifs, ton aide en correction et surtout ton attention aux petits détails. Sans toi, il y a des choses qui ne se seraient pas tenues dans le récit, comme la boîte à biscuits. Je t’en dois une.

En second lieu, je veux également remercier ma grandmère Lucie Foisy ainsi que mon oncle Pierre Trudeau de m’avoir donné le goût d’écrire. Sans le partage de votre passion, la mienne ne se serait sûrement jamais développée de cette façon. Carl Milette, nous partageons notre vie depuis 10 ans, et je t’en remercie. J’ai pu aussi partager avec toi mes angoisses, mon stress, mes réflexions et mes doutes quant au nom de mes personnages. Merci de m’accepter telle que je suis et de me pousser à être une meilleure personne.

Je voudrais aussi souligner deux de mes amies qui ont toujours cru en moi et qui ont lu tant de pages de mes histoires. D’abord Andréanne Doucet, ma jumelle de cœur : merci d’avoir eu autant d’imagination que moi et d’avoir été complice de mes aventures et de mes histoires au primaire. Aussi, Jessy Arsenault, petit caribou : sans nos voyages et nos nombreuses péripéties, ma vie serait « plate ». Merci de pêcher de l’asphalte avec moi à Tadoussac et de prendre des photos de moi en uniforme de karaté à 4 h du matin pour avoir de meilleurs clichés.

Pour conclure, j’aimerais également faire mention spéciale de tous les enseignants, professeurs, instructeurs ou intervenants qui ont marqué ma vie. Que ce soit à l’école, en nage synchronisée, en kyokushin, en shorin ryu ou encore en interprétation visuelle, vous m’avez encouragée et permis de grandir. Vous m’avez montré à persévérer malgré mes difficultés. Vous m’avez enseigné que même si l’on tombe, l’important est de se relever.

Merci à tous,

Josianne Laplante